En 1953 j'ai commencé une carrière d' opérateur radio chef de quart, civil,aux Transmissions Territoriales du Ministère de la Guerre, en Tunisie. Il s' agissait de réseaux à grande vitesse tant avec la métropole, que l' Afrique du Nord, Le Sahara, le Tchad etc. J' ai eu le premier vibro contact dans cette admisnistration. En 1954 je me suis distingué en réalisant le premier manipulateur électronique du Ministère. A l' époque les transistors n' existaient pas, d' où une double triode 6SN7 et une alimentation secteur avec 6X4. J' avais utilisé un schéma paru dans le REF, mais en modfiant pas mal de composants. Divers collègues de l' Union Française (...) m' en ont demandé les plans. Cet engin a transmis des centaines et des centaines de messages, car en plus, je le prêtais à des collègues de mon centre. Une précision, je n' ai jamais été amateur radio (toujours trop occupé), quoi que... j' ai pu utiliser la station de mon chef de centre, qui était 3V8BQ (indicatif de l' époque en Tunisie).Je vais vous faire sourire, je vous joint une photo de mon antiquité, qui fonctionne toujours 54 ans après sa réalisation.

 

 Du haut de mes 78 ans et demi, je vous salue.

J' ai exercé une carrière d' opérateur radio civil chef de quart, aux Transmissions Territoriales du Ministère de la Guerre, en Tunisie, à l'époque du protectorat. Dans ce temps-là, la graphie marchait à fond. Je me suis trouvé dans des réseaux à grande vitesse (1.500 à 1.800 bauds), avec la métropole, l'Algérie, le Sahara, le Tchad, le Dahomey, le Fezzan. J'étais à la Division Sud, et nous avions couramment 300 à 500 messages par jour en période de troubles. Un quart radio comprenait cinq opérateurs.

Cette "administration" couvrait tout ce qui était la "belle union française", avec tous ses territoires, y compris les plus lointains, tels l'Océanie, l'Indochine, la Guyane. Les opérateurs militaires des Îles Kerguelen et la Terre Adélie, étaient priés d'assurer des contacts avec les radio amateurs. (les anciens doivent se rappeler que ces deux stations figuraient dans de nombreux contests.

J' ai eu le premier vibro-contact des transmissions en TUNISIE. Cela a entraîné de nombreux collègues.

Et puis en 1954, d' après un schéma paru dans le REF, que j'ai pas mal modifié par tatonnements, j'ai réalisé le premier manipulateur électronique qui ait existé au Ministère de la Guerre (pardon, Ministère de la Défense actuellement). J'ai fait des émules un peu partout.

À l'époque les transistors et les circuits imprimés par  exemple, n' existaient pas. Quant aux circuits intégrés alors là…

Bref, bidouille de l'époque, avec une double triode 6SN7, une alim des familles avec transfo secteur et une double diode 6X4.

Je n'avais pas les relais qu'avait utilisé l' OM créateur de l'engin. Aussi j'ai utilisé des relais de centraux téléphoniques, que j' ai rebobinés, pour les amener à 6.000 ohms.

Je pensais vous faire un schéma net et propre, mais par flemme, je vous joins une photo de l'original. Ça fait nettement parchemin, non ? 

Le manip est un double contact "coupé" pour avoir deux contacts.

Les quatre potentiomètres font 10.000 ohms

Ils permettent:

-la constante de temps vitesse

-le rythme et le rapport entre signaux et espaces

-la tension cathodique 2 pour les intervalles

-la tension cathodique 1 pour le repos du relais du circuit manipulé.

Heu… il faut éviter de tripoter les vis de réglage quand tout est sous tension.

Avec des réglages appropriés on manipule parfaitement à partir de 120, jusqu' à 1.800. On peut monter plus haut, pratiquement à 2.100 mais cela n'a pas d'intérêt pour celui qui reçoit…

Le chassis est bricolé. 

Voici des vues de ce manipulateur électronique qui a 54 ans, et est toujours capable de fonctionner. Il a même fait des petits par des collègues de l' époque. Il a transmis des centaines et des centaines de messages, car en plus, je le prêtais.

Vous êtes d' heureux amateurs radio avec les moyens  actuels !

Téléchargement de la taille réelle de la description   ICI




   UFT © 2005 - 2017 Union Française des Télégraphistes